Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 13:34

Comme chaque année, l'assemblée générale du club cloturera la saison 2010 par le bilan et la remise des récompenses et ouvrira celle de 2011. 


L'assemblée se tiendra à la salle des Provinces d'Etouvie à 10h le 28 Novembre 2010


Présence impérative des coureurs et des futurs licenciés afin de vous présenter et échanger avec vos nouveaux coéquipiers. Pour ceux qui ne pourront pas venir, merci de le signaler à Jean Louis.


Mathieu

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 18:42

En vue de l'assemblée générale à venir, Alain Jauny nous a confié le bilan qu'il faisait de cette saison cycliste pour Amiens Métropole. Le vice-président d'Amiens Métropole chargé des sports n'a pas manqué de saluer les différentes performances et organisations des clubs de la capitale picarde.

 

Jauny Gentleman-Alors que tous les sports commencent leurs saisons, celle du cyclisme se termine. Quel bilan dressez vous de cette année 2010 pour le cyclisme de la Métropole ?

L'ACA compte 23 victoires, Salouel en a pas mal aussi et l'ASC un peu moins, mais ce n'est pas le même niveau non plus. On peut être satisfait du cyclisme à Amiens Métropole. En novembre on recharge les batteries mais le cyclocross va commencer ensuite.

J'étais présent une fois lors d'une course à La Hotoie. Je suis un peu tous les sports, mais le vélo est aujourd'hui - tout de même - ma priorité, même si je ne néglige pas les autres sports. Après je consacre des week-ends à la famille, c'est aussi important. Mais, oui, j'essaie de voir le plus possible de sports. Le vélo fait du bien pour les chevilles, muscle les mollets, quand certains sports comme le footing font mal à ce même niveau musculaire. Un footing fin novembre, ce sont deux kilomètres à pied plus durs que cent kilomètres à vélo. J'ai une préférence physique.

Après, comme dans tous les sports, il faut partir du loisir au sport professionnel. C'est important, c'est ce que les enfants regardent. On l'a vu quand on a fait venir à Amiens les anciens professionnels du football (de 1998, ndlr), ou encore le match amical au Hockey France - USA : 3500 personnes dans le coliseum et 500 Place Gambetta.

Il faut des deux, c'est une vitrine. Pour moi, ce genre d'évènements, c'est bon pour les clubs. La priorité c'est pour ces gamins là, voir des professionnels au plus haut niveau, c'est important. Il faut de tous les niveaux, il ne faut pas se comparer un club à un autre. Il faut amener des grands joueurs pour attirer. On n'a pas forcément financièrement les moyens de retenir des sportifs doués, comme par exemple Lucie Louet en judo qui est partie ailleurs.

 

-Quels sont les projets à venir de la Métropole pour le cyclisme ?

Accueillir le Tour de France avant la fin de notre mandat. Tous les ans, il faut relancer la candidature pour faire une étape du Tour à Amiens. Si on arrête, ça donne l'impression qu'on n'a plus envie de le faire. Jean-François Pecheux aime bien la Picardie, Bernard Hinault aussi. On essaye de pousser pour recevoir le Tour avant fin 2014. On candidate pour l'arrivée, le départ, le contre-la-montre...

Une ville « départ » du Tour de France, cela commence un mois avant avec la télé et le reste. Tout compris, le budget atteint 500 000€. C'est un choix que l'on fait. Quand on a le tour de France sur une ville, cela nous ramène des journalistes et fait profiter les hotels et restaurants. Le Tour de France est un monstre (sic) : 500 véhicules, 1200 personnes. On trouvera une solution pour les garer, on trouve toujours une solution. On est impatient.

En 2005, tous les gamins avaient été mis à l'honneur avec un accès au village départ, c'est génial. On peut discuter avec les coureurs, on rencontre des anciens coureurs, c'est agréable, ce sont des gens charmants. Dans le vélo, on tombe rarement sur des gens qui n'aiment pas discuter.

 

DSC06261-copie-1-Amiens se voudrait donc une ville qui respire le sport ?

J'espère, on essaie de tout faire pour. En 1999, Amiens était la ville française la plus sportive en catégorie d'habitants. On essaie avec de nouvelles infrastructures, on s'interroge si on en a assez, si elles sont bien utilisées, s'il faut les renforcer. On voudrait bien revenir à cette première place, car il y a beaucoup de monde qui fait du sport, mais on ne répertorie que les licenciés.

Sur la métropole, on compte 33 000 licenciés, mais il y a facilement autant de gens qui font du sport de loisirs tels que le jogging, le vélo le dimanche. On essaie de faire progresser le sport au féminin. Mais à part les clubs de gymnastique, natation, équitation, on a du mal. J'étais surpris de voir qu'Amiens comptait 900 golfeurs.

A La Hotoie, au parc Saint-Pierre, on voit toujours courir quelqu'un. Les sports en salle comme le roller hockey – depuis deux saisons au Coliseum avec 500-600 spectateurs – se développe, mais tout doucement. On a dû mal à fidéliser le spectateur sur le sport en salle, même en foot. Contrairement au hockey avec une ambiance fermée, plus d'ambiance le mardi avec les étudiants, il y a un travail à faire avec les supporters, surtout avec le foot. Quand on supporte une équipe, on n'insulte pas l'adversaire, ni l'arbitre ni les supporters adverses. La mentalité des supporters du foot amiénois est à changer, c'est dommage. Après il faut avoir les bonnes âmes qui ont vraiment envie de faire quelque chose.

Je suis là pour encourager les équipes amiénoises. On a un peu trop de retenue ici et c'est dommage.

 

Adrien Lhermitte / Propos recueillis par Déborah Lüder

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 13:59

Cyclocross_ham.jpg

Ce dimanche au cyclocross de HAM, Pierre Lugat fraichement licencié du club, n'aura pas tardé à se mettre en évidence. Après une 5ème place obtenu lors de l'épreuve de Bellancourt où il avait connu quelques pépins mécaniques, il remporte sa première victoire sous ses nouvelles couleurs de fort belle manière en 3ème catégorie.

Aurélien Seys faisait également son retour et participait à son premier cyclocross où il terminera à une prometteuse 3ème place.

Mickael Houpin était également présent en 2ème catégorie.

 

Photo à venir

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 13:36

FH000013.JPGAvec un peu de retard, les photos arrivent enfin.

 

 

Retrouvez les photos avec votre partenaire de course sur la galerie Picasa dans la rubrique photo en tête du site !

 

 

A l'année prochaine...

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 00:00

Votre feuille de résultats est à rendre au plus tard le Samedi 6 Novembre à Jean Louis. Il est impératif que vous rendiez ce document pour l'organisation de l'assemblée générale et la remise de vos récompenses. Ce document est téléchargeable sur Google Documents avec le compte du club.

Vous pouvez le remplir à la main ou sur ordinateur.

Il faut fermer la barre de publicité pour pouvoir télécharger les documents

Feuille exemple 

Feuille vierge

 

Les coureurs qui n'auront pas rendu leurs résultats, ne seront pas récompensés.

De plus, certains coureurs n'ont toujours pas réglé leurs engagements pour la période de Juillet à Septembre. Il faudrait au plus vite les régler.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 14:32

Comme on vous le disait plus bas (voir « Trois questions à... Gauthier Seys »), départs et arrivées se succèdent durant l'hiver. Mais du côté des départs, il y a plusieurs raisons possibles. Parmi ces raisons, celle de vouloir évoluer, de franchir un palier. C'est là certainement la raison la plus souhaitée par l'ACA, lorsqu'il a enseigné tout ce qu'il savait à ses coureurs. Et de ces coureurs, il y en a un qui répond cet hiver aux critères : Le jeune Quentin Dupont. Arrivé il y a deux ans au club, le cycliste originaire de Rubempré a découvert le monde du vélo de compétition. D'une prometteuse année minime, le jeune homme a ensuite « baissé » dans les résultats en cadet. Dans les résultats, mais pas dans les prestations. Aussi, en parallèle avec une scolarité pour le moment excellente, Quentin a fait le choix de courir en 2011 avec l'équipe de Beauvais. Un choix sur lequel il nous éclaire :

 

Quentin Dupont 2010 1-Quentin, peux-tu nous parler plus amplement de ton départ pour Beauvais ?

Je pars là-bas pour évoluer. Ce club dispose d'une bonne structure où l'on est complètement encadré. J'y vais pour avoir un meilleur niveau, pour me faire voir, être formé. C'est ce club, un des deux meilleur de l'Oise, qui est venu me chercher.

A Beauvais, l'entrainement se fait suivant les performances de chacun, il est personnalisé. A chaque entrainement, on livre nos impressions aux entraîneurs et on étudie avec eux plusieurs mesures comme le cardio etc... Les coureurs échangent par téléphone aussi. Le but est de créer un noyau, ne pas attendre de se retrouver aux courses. C'est une formation à semi-distance, c'est intéressant.

 

-Tu viens d'obtenir ton brevet avec la mention Très Bien. L'an prochain, c'est l'entrée au lycée. Ne crains-tu pas de privilégier le vélo au dépend de ta scolarité ?

Comme le dit mon père, je suis capable de faire les deux en même temps. Peut-être que j'ai des facilités à l'école, oui. Tant que j'ai ces facilités, je pourrais continuer à allier vélo et études. Mais le vélo, c'est avant tout un plaisir, un loisir, comme on dit : « passe ton bac d'abord » et après je verrais pour le professionnel.

 

Quentin Dupont 2010 2-Si tu ne devais garder qu'un souvenir de ton passage à l'ACA, quel serait-il ?

D'abord, un souvenir positif ! Après les premiers entrainements, j'étais désabusé, je disais à mon père que je n'y arriverai jamais. La gentleman était un cauchemar. Et maintenant, sur cette même gentleman du club, je suis capable d'emmener devant à près de 40 km/h durant onze kilomètres qui me paraissent maintenant faciles.

 

 

Adrien Lhermitte / Propos recueillis par Déborah Lüder

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 20:16

 

Dans l'habituel mercato cycliste d'hiver, départs et arrivées se succèdent. Pour la case des arrivées, l'ACA a fait une bonne pioche puisque Gauthier Seys vient à Amiens rejoindre son grand frère Aurélien pour un duo d'enfer qui incarne les valeurs du club. A l'occasion de la gentleman du 17 octobre dernier, nous avons rencontré une recrue qui nous a fait une drôle d'impression : Laissez le guerrier sur le vélo, nous avons rencontrés un jeune garçon timide et sympathique dans la vie de tous les jours, qui se confie à nous sur ses envies sportives :

 

gauthier seys-Pour une nouvelle recrue, la première question est basique : Peux-tu te présenter ?

-Je suis Gauthier Seys, j'ai 24 ans, je suis le petit frère d'Aurélien Seys qui est revenu à l'ACA l'an dernier. Pour la parenthèse professionnelle, j'habite à Vignacourt et je suis employé comptable.

J'ai déjà dix ans de vélo derrière moi, dont six ans à Doullens, deux ans à Vignacourt, avec les quatre dernières années en régionales et une en national. J'étais cadet lorsque Aurélien est venue la première fois à l'ACA en 2001, et je n'ai pas pu rejoindre le club tout de suite.

 

-Alors pourquoi revenir aujourd'hui ? A la lecture de ton parcours cycliste, on se demande presque ce que tu viens chercher ici ?

-Il y a à l'ACA un collectif que je n'avais pas ailleurs. Je connais les coureurs qui sont en place et je viens m'investir dans un projet de 3ème catégorie en régionale avec quatre autres coureurs. Avant, je roulais quasiment toutes les semaines tout seul, mais là avec une bonne équipe et un bon coach, je pense que ça roulera bien mieux.

 

-Avec des objectifs derrière j'imagine ?

Je souhaite faire aussi bien qu'en 2008 (7 victoires), et pourquoi pas avoir un titre de Champion de Somme ou de Picardie en 3ème catégorie FFC. J'ai un potentiel, et la saison nous dira si je peux le développer.

Déjà, cette matinée est une nouveauté : J'avais fait une gentleman il y a 7 ou 8 ans, et c'était catastrophique. Ici c'est très convivial, on est en contact, et il y a une très bonne organisation.

 

Adrien Lhermitte / Propos recueillis par Déborah Lüder

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 11:41

Vous trouverez ci-dessous les résultats de notre 10ème gentlemen de l'amitié:

IMM011-1.JPG

LE 17 OCTOBRE 2010

Parcours 11 km

Parcours 33km réel

Parcours 33km corrigé

 

 

Pour consulter les classements, cliquer sur les liens ci-dessus et fermer la barre noire qui s'affiche.

 

Merci à tous pour votre participation et rendez-vous l'année prochaine!

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 18:34

 

Les courageux se sont levés tôt

 

 

  

DSC06261On dit les dimanche tranquilles à Amiens, mais celui du 17 octobre 2010 fut une  exception. Contrairement à ses habitudes, la zone industrielle d'Amiens Nord était animée en cette fraiche matinée, puisqu'elle était le point de rendez vous des amoureux du vélo. Venus des départements – voir des pays – voisins, environ trois cent personnes se sont réunis sur le parcours habituel de la gentleman organisée par l'Association Cycliste Amiénoise. Menée par son président Jean Louis Duquesnoy, cette course doit - depuis une décennie maintenant - sa longévité et sa réussite aux partenaires et bénévoles du club qu'il convient de saluer une fois encore. Plus qu'un rendez vous sportif clôturant la fin de saison sur route, les 11 kilomètres (ou 33 pour les plus téméraires) de bitume à parcourir en binôme étaient l'occasion de se retrouver et de partager sa passion dans une ambiance conviviale.

Des sourires sur les visages, des bilans de saison et des commentaires sur les performances du jour se sont échangés jusque 14h devant le restaurant l'Oncle Sam. Le soleil apparaissait timidement en fin de matinée pour la remise des trophées à laquelle Monsieur le Maire Gilles Demailly et le Vice-Président d'Amiens Métropole chargé des sports Alain Jauny prenaient part.

 

DSC06241Les coureurs affluent des quatre coins et les parkings alentours de l'Oncle Sam se remplissent. A 8h, chacun va à l'intérieur du restaurant chercher son dossard. Pendant l'échauffement, avant que les 29 binômes du 11km ne s'élancent, les quelques spectateurs vont à l'intérieur prendre une boisson chaude. Chacun attend le coup de feu au départ de la course et au bar. L'occasion de poser quelques questions à Élisabeth, présente ce matin de l'autre côté du comptoir : « Ma journée a commencé à 5h30, alors qu'on est normalement fermé le dimanche. Bonne journée, et je suis contente de travailler car il y a une bonne ambiance lors de ces courses. Ça se passe bien. J'étais déjà serveuse lors de la gentleman il y a deux ans, et j'en garde un bon souvenir malgré que je ne m'intéresse pas du tout au cyclisme mis à part quelques noms. Aujourd'hui on va servir 148 à 149 couverts et 8 pour les enfants. Tous les ans ça augmente.

Les cyclistes sont sympathiques et courageux, il fait froid ! »

 

DSC06240Le premier binôme du 11km, composé de Gérard Mercher et du coureur AC Amiénois Arnaud Thuillier (revenu au club cet été, ndlr), part à 9h10. Ils seront doublés pendant ce tour par le duo Didier et Romain Borgoo, père et fils. Dans la dernière ligne droite, Romain se retourne d'ailleurs sur le vélo vers son père : « Allez papa ! ».

Et puis dans un classement, il faut des premiers et des derniers. Sur le 11km, l'essentiel est de participer. Et cette année le dernier binôme se nomme Louis Sannier et Gaetan Calas. Gaetan, que l'on croise tout sourire entre les deux courses et qui nous avoue miser davantage sur l'épreuve du 33km : « Cette saison, je courais en 2ème catégorie Ufolep, et en D3-D4 FFC.

L'idée, c'est de clôturer la saison sur la gentleman. J'ai arrêté les courses il y a quinze jours, et les gros entraînements il y a un mois. Je viens ici pour faire partager ma passion, passer du temps avec les copains.

C'est ma deuxième participation à cette épreuve, j'ai fait l'an dernier 11 km et j'ai fini deuxième à une seconde. Dans le 33 j'avais fait un top 10.

Pour cette édition, on vise encore le top 10 avec Morgan (Lebon). Mais le résultat n'est pas le plus important. Ici on vient pour s'amuser, gagner c'est du bonus.

Ceux dont il faut se méfier, c'est l'équipe Maxime Butez (Champion de France Ufolep du Contre La Montre), et le grand champion Philippe Ermenault. C'est l'équipe à battre sur le 33. Il y aura une belle photo où Maxime aura son maillot de Champion de France UFOLEP et Philippe son maillot de champion du monde.

Je reste ici le midi pour manger, je suis là aussi pour ça (sic). Je compte en profiter avec toute l'équipe pour se rappeler les souvenirs. On est avant tout une bande de copains. »

 

DSC06246Cinq minutes à se dire tout cela, puis le coureur de Jean-Louis Duquesnoy repart au pas de course vers le départ du 33km. Le coup de feu sportif part avec le début du 33. Beaucoup d'équipes engagées, bien plus que l'an dernier sur la même épreuve qui prend une certaine notoriété. Les minutes passent, les « top ! » ne cessent de retentir sur la plateforme de départ, et l'on retrouve deux spectateurs avec le sourire jusqu'au lèvre : Père et fils, Olivier et Quentin Dupont préparaient le 11km depuis quelques semaines. Si le fils, prometteur minime qui a découvert le vélo de compétition avec le club amiénois avait déjà un bon rythme, ce fut plus dur pour le père qui court en 4ème catégorie UFOLEP. Au bout de la transpiration, des efforts aux entrainements et des 11kms, la première place de l'épreuve avec 39 de moyenne au compteur ! «On avait convenu que je faisais le départ, affirme Olivier, et que Quentin me tirait le reste du temps. J'ai repris un relais dans la descente ou j'ai pu tirer un peu. On avait fait des plusieurs fois des repérages cette année. »

« Moi ça allait, il n'y avait pas de vent mais il faisait froid, reprend Quentin. Oui, rétorque Olivier, je préfère le froid au vent ! »

Quand aux bilans, le père s'occupe de les faire : « C'est prometteur pour Quentin. Il s'agit de sa deuxième saison, et il grandit avec le vélo. Moi, j'essaie de me maintenir à niveau avec une saison correcte. C'est le problème de l'âge, on cherche à ralentir la pente de progression. On sait que l'occasion de faire équipe père et fils est rare. C'est dur, ça fait deux semaines qu'on s'entraine ensemble. J'ai souffert, je rentrais complètement dépouillé...

La conclusion revient à Quentin : « C'était ma dernière course avec l'ACA (nous reparlerons du départ de Quentin avec lui dans quelques jours, ndlr) . Il fallait sortir par la grande porte. Je n'ai pas gagné cette saison, il fallait que je montre que j'avais progressé, c'est chose faite avec cette victoire en Gentleman. »

 

Jauny GentlemanLes Dupont prennent la pose devant l'appareil photo de Déborah puis repartent de leur côté. Pendant ce temps, on avait remarqué l'arrivée d'Alain Jauny dans le restaurant. Le Vice-Président d'Amiens Métropole chargé des sports nous accordait quelques minutes avec son plus beau sourire pour nous livrer ses impression sur sa neuvième place décrochée au 11km en compagnie de Romain Borgoo : « Cela fait 9 fois que je la fais. J'ai fait mieux que l'an dernier. Tous les ans je prend une seconde de plus (sic). On vient toujours pour le plaisir, pour Jean-Louis, pour le sport. J'ai pas pu faire du vélo étant gamin parce que mon père, étant un ancien footballeur, privilégiait cette discipline sportive. Mais j'ai toujours voulu faire du cyclisme, maintenant je me fais plaisir. J'ai rencontré des anciens de l'ACA, on s'est mis à rouler ensemble.

Ça fait du bien en tant qu'Élu sous pression toute la semaine, en plus de ma vie professionnelle, d'évacuer, de « faire rentrer un peu d'air dans la tête. »

Tous les ans il y a une course avec les adjoints : On se met la pression, on fait la gentleman et le prix Jean Renaux. C'est une « compétition » pour le fun, on se chambre un petit peu. Cette année je finis premier des adjoints.

J'ai toujours eu la niak, mais sur un vélo, je suis plutôt courageux. C'est un sport très dur, on a beau faire partie d'une équipe, avoir le plus beau vélo du monde, faut pédaler quand même. Le moteur, il est dans les jambes et dans la tête. Quand on a mal aux jambes, c'est la tête qui doit fonctionner pour continuer. Si on travaille déjà psychologiquement, si on a du sérieux, ça va. J'ai un garçon qui ne fait pas de vélo, mais s'il en avait fait, je l'aurai poussé à avoir une certaine rigueur, le vélo c'est aussi avoir une discipline. »

On laissait Monsieur Jauny sur ces mots, et on sortait dehors. Le soleil apparaissait et le vent se levait. Changement majeur pour les coureurs sur le circuit. On voit alors Gérard Tribou, un des vétéran du club, terminer son deuxième tour et entamer le troisième, le tout en tirant la langue.

 

DSC06243Les premiers coureurs sont arrivés et, parmi eux, Antoine Couillet. Le webmaster du club n'avait pas le temps de flâner et partait sur l'estrade d'arrivée pour prendre les premiers résultats. Encore en tenue de club, ayant juste pris le temps d'enfiler une veste, le coureur saluait la trésorière du club Jocelyne Duquesnoy (l'œil de l'organisation, veillant aux coureurs qui passaient la ligne et annonçant les dossards de chacun) et nous donnait quelques minutes pour faire le point, entre deux classements à faire : « J'ai fait le 11km avec Didier Boinet, un des partenaire du club. Cela s'est bien passé, on a pas été trop mauvais avec une huitième place. Il y a un défi entre les sponsors, et chaque coureur cherche à aider son binôme (Une autre sponsor, Sylvain Lanseman, courait par exemple avec Thibault Cheytion).

Sur le 33, j'étais avec Alexandre Petit dont le contre la montre est la spécialité. On a démarré fort et au troisième tour, avec le vent qui se lève, on a commencé à craquer.

Cela reste sympa de faire cela chaque année, d'autant que ça conclut une bonne saison avec des grosses courses par étape (Les Routes de l'Oise avec une 4ème place au classement par équipe), et tout même 23 victoires. Ce sera dur de faire mieux l'an prochain.

Personnellement, je viens de rentrer dans la vie active, j'en ai fini avec le statut étudiant (rire). J'essai d'allier le sport et mon boulot à la banque de Soissons, mais il est difficile de s'investir dans le club comme je le faisais avant en étant loin d'Amiens. Même si je déménage encore, tant que je le pourrai je resterai à fond dans ce club. Je ne me vois pas ailleurs tant qu'il ne m'est pas impossible de lier vie professionnelle et sportive. »

 

DSC06244Les minutes défilent, les coureurs avec, et Gérard Tribou vient de finir son 33 km. Tout juste changé, il nous salue avec Claudine Tribou et les deux nous livrent leurs impressions entre le coureur et sa première supportrice depuis maintenant longtemps : « Je ne participe plus à la gentleman mais je roule encore avec Gérard à côté, nous avoue Claudine. » « J'ai fait le 33km en une heure avec mon équipier, constate Gérard. J'aurai pu mieux faire, mais quand il embraille, j'ai du mal à tenir la roue (sic). On a 30 ans d'écart quand même. Heureusement, il a levé le pied. Ça fait 10 ans que Claudine et moi sommes à l'ACA. Faisant partie du club, c'est normal de participer à la gentleman. De la première à la dixième gentleman, c'est toujours le même esprit de plaisir et d'amitié. » « C'est la fin de l'année et ça clôture la saison, ajoute Claudine. On est toujours là, on espère pendant longtemps encore. L'objectif c'est de durer le plus longtemps possible, entourés de jeunes. »

Et cette année, les Tribou on participé aux 24h du mans vélo avec d'autres coureurs (Jean-Français Caux, Antoine Couillet et Gaetan Calas, ndlr).Claudine dans les stands, Gérard sur la piste avec les trois autres, de quoi laisser des bons souvenirs : «Sur les 24h, on finit 169ème équipe. Sur le plan de l'expérience, c'est à refaire, c'était génial ! Il faudrait être une équipe de 6, parce qu'à 4 c'est un peu dur. Il y avait une bosse à 3.5% longue de 600 mètres. C'est dur car cela revient toute les 7 minutes. »

Avis aux amateurs pour compléter l'équipe l'an prochain !

 

DSC06245La course prend fin, la route est libérée et le podium se dresse devant le restaurant à l'intérieur duquel les coureurs se suivent à notre table pour nous donner leurs impressions. C'est alors Gaylord (nouveau coureur de 3ème catégorie UFOLEP arrivé cette année) qui prend place en face de nous avec son ami Willy. Cette année, l'un a contaminé l'autre du virus vélo et, aujourd'hui, Willy était au chrono : « Gaylord a su être une fois de plus dans les temps. J'ai vu son évolution au fil de la saison, et il m'a donné la passion du vélo. Je pense intégrer l'équipe de Duquesnoy. »

« Sur le 11km, poursuit Gaylord, je me place 5ème avec Mickael Houpin (coureur de 2ème catégorie UFOLEP au club) et j'ai commencé à avoir mal aux cuisses avec Mathieu Jeanne (autre coureur de 2me catégorie UFOLEP) sur le 33km.

Willy a toujours été derrière moi et il s'entraine parfois avec moi. Lors de mes premières courses, je galérais et ma famille sur le bord de la route me motivait. Ça m'a aidé aussi à avoir la mentalité de s'accrocher dans le vélo. Il ne faut rien lâcher, même si on est dernier, il faut faire sa course jusqu'au bout. »

 

DSC06247Pendant que le président du club remerciait les partenaires et bénévoles pour l'organisation de cette dixième édition, les Ermenault père et fils venaient à leur tour à notre table. Si le père Philippe est bien connue du milieu cycliste, son fils Corentin a montré de belles choses pour une première année en cyclisme : « Je n'ai fait que le 33 avec Maxime Butez dixit Philippe Ermenault. A la base, je devais le faire avec Corentin, mais il a subi une opération du nez et Jean-Louis a du revoir les couples. Du coup, j'ai couru avec Maxime, lui champion de France Ufolep du Contre la Montre et moi du monde, ça a fait une bonne équipe. »

« Cela reste une bonne saison, affirme Corentin, je me suis bien amusé. J'ai fini avec une victoire sur la dernière course de la saison alors que tout le monde commençait à douter. Le vélo, c'était une découverte pour moi, et ça me plait. »

« Oui, le bilan est bon, reprend Philippe, parce que je suis revenu dans le milieu du cyclisme de compétition dans le club de Jean-Louis Duquesnoy. Je lui ai demandé s'il pouvait coacher Corentin. Étant aussi un cycliste, c'est plus difficile de coacher son propre fils. Avant tout, je voulais le confier à une formation sérieuse, et je fais confiance à Jean-Louis là-dessus. Il a découvert ce qu'était le cyclisme de compétition et il a terminé par une victoire. Je suis content pour lui, c'est qu'il a su mettre à profit tout ce qu'il a perdu.

Pour le côté symbolique, j'ai mis mon ancien maillot, ça m'a rappelé des souvenirs avec le compte à rebours avant le départ. C'était sympa, le tout dans une bonne ambiance d'un froid dimanche matin. »

 

DSC06265Enfin, Monsieur le Maire Gilles Demailly nous faisait l'honneur d'être, cette année encore, aux côtés du club pour suivre cette épreuve et remettre les trophées. Nous lui avons laissés le soin de faire une conclusion sur cette dixième édition : « On me reverra surement l'an prochain. La gentleman est un moment sympathique, très convivial. On y rencontre des passionnés et des membres de mon équipe qui y participent. Cette année il ont terminé à 19 centièmes de secondes l'un de l'autre. Des semaines avant et après ils en parlent. L'an dernier, l'un d'eux avait crevé, mais cette année ils ont pu disputer la compétition « à la loyale » et ils en parleront d'autant plus de fait.

Sur Amiens, le vélo se développe beaucoup, avec une multiplication des pistes cyclables. Il y avait pas mal de tronçons déjà, mais on essaye de faire des continuités de pistes cyclables, de régler la sécurité. Pour le vélo de ville, sur la métropole, on est passé de 1000 à 1800 bycliclettes et on en a recommandé 800. La pratique du vélo sur Amiens est en progression. C'est bien, même si c'est du loisir.

Le vélo c'est toute mon enfance. Entre Doullens et Arras, on allait voir passer le paris-roubaix avec mon père. Je faisais du foot et du vélo comme tous les gamins. J'avais eu un vélo « demi-course » comme premier vélo. même si j'en fais moins maintenant. »

 

14h, et la troupe se dispersait. Des lots pour chaque participants, des sourires sur chaque visage, et l'assurance d'un bon moment passé, d'une réussite une fois encore. Rendez vous plus nombreux l'an prochain.

 

Adrien Lhermitte / Photos et propos recueillis par Déborah Lüder

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 21:00

Venez nombreux dimanche matin dans la Zone Industrielle Nord d'Amiens. Pour cette nouvelle édition, seront présents des noms qui ont marqué le cyclisme avec entre autre Philippe Ermenault, Philippe Gaumont, et Albain Cormier devenu depuis peu stagiaire pro chez Differdange.

IMM011-1.JPG

LE 17 OCTOBRE 2010

Bulletin d'inscription

Programme Gentleman

 

Deux courses au programme:

--gentleman des personnalités 11km à partir de 9h

--gentleman des confirmés 33km à partir de 10h

 

Possibilité de repas sur place au Grill de l'Oncle Sam ouvert spécialement dimanche midi.

 

Course ouverte à tous sous réserve de présentation d'un certificat médical

Partager cet article
Repost0

Retrouvez-nous aussi sur FACEBOOK

https://www.facebook.com/acamienoise/?modal=admin_todo_tour

 

SAISON 2021 :

12 VICTOIRES

 

FFC : 3 Victoires

Place de 2ème : 1

Place de 3ème : 2

Vice-Champion Régional et

Champion de la Somme VTT Espoirs Eliot Hérisset

 

Ufolep : 9 Victoires

Place de 2ème : 10

Place de 3ème : 13

Vice-Champion Régional 30-39 ans Gaëtan Calas

 

FSGT

Place de 2ème : 1

 

 

 VICTOIRES : yes

 

10 en 2019/2020

51 en 2018/2019

56 en 2017/2018

55 en 2016/2017

78 en 2015/2016

45 en 2014/2015

41 en 2013/2014

Maillot de l'ACA

Pour nous contacter: acamienoise@gmail.com 

Cycles Duquesnoy, 25 rue Terral, 80 080 Amiens

 

 

 

Sponsors

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gâteau Battu Picard

 

AMIENS

 

 

 

AMIENS - AIRAINES

Bureau Dépannage :

Tél. 03 22 46 32 96

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

S'inscrire aux courses

Retrouvez l'ensemble des documents qui concerne l'association et le planning des courses en cliquant ici: GOOGLE DOCS